La joie est la foi

En règle générale, chaque priére doit nécessairement découler de la joie, car comme rabbi Nathan l’écrit à la loin précitée, la joie est la foi : «On juxtapose la lecture du Chema à là bénédiction Gaal Israël avant la priére silencieuse, parce que cette lecture représente la foi, la foi étant l’essentiel et la finalité de la joie, comme il est écrit (Ps. 104) : «Je me réjouis en HaChem» et comme dit notre maître, la foi est un aspect des visages illuminés c’est-à-dire un aspect de la joie. On parvient à la foi lorsqu’elle s’unit à la vérité (voir sur place). La lecture du Chem’a, à savoir «HaChem est Un» représente l’union de la vérité et de la foi, c’est-à-dire la finalité de l’union qui éveille la joie, comme cela est écrit plus haut. Lorsque la joie s’éveille on se léve pour prier, et la joie touche alors a son comble: c’est l’union avec HaChem béni soit-Il et la finalité de la joie que de se réjouir en Lui. Car, comme on le sait, la priére est un aspect de l’union.» (fin de citation).
Et rabbi Nathan de conclure : «Tous les dommages sont causés par un manque de joie. La priére dans la joie est un remède et un salut pour tout !»

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Derniers Articles & VidÉOS

EUR Euro
Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0