• Home
  • >
  • Blog
  • >
  • Pessah la liberté et le confinement

Pessah, la fête de liberté ….et pour le seconde année consécutive (du moins en France) nous traversons une limitation de nos libertés.

Le rav Chicheportiche, élève du Rav Shalom Arouch, et notamment inspiré par le commentaire de son maître sur la Haggada de Pessah explique que Pessah est la fête de la liberté et de la délivrance du Am Israël durant laquelle nous sortons de l’esclavage de l’Egypte. Or, l’Egypte, « mitsraïm » vient de « métsarim » qui signifie étroitesse. Mais avant de parler de liberté, il faut connaître la définition de la liberté. Rabbi Nahman de Breslev explique dans le Likouté Moharane que l’exil est une situation d’étroitesse d’esprit et de manque de connaissance d’HaShem. Le prophète Yechaya dit « et mon peuple ira en exil par manque de connaissance ». De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un manque de émouna et de connaissance d’HaShem. Et l’essentiel de l’exil n’est que la résultante d’un manque de foi. Donc, la liberté est la résultante de la foi en HaShem. Et quelle est cette conscience d’HaShem? Rabbi Nahman de Breslev indique que c’est « la conscience qu’HaShem n’est que bon et qu’il n’y a pas de mal en ce monde ». Toutes les souffrances ne sont dues qu’à un manque de conscience d’HaShem. Dans la Guémara, il est dit que celui qui a la connaissance d’HaShem, que lui manque-t-il ? Si tu parfais ta émouna que tout est pour le bien, il ne te manquera plus rien. Rabbi Nahman ajoute que la joie est le monde de la liberté de l’esprit.

La délivrance arrive à partir du moment où nous savons que l’attribut de rigueur et de miséricorde d’HaShem ne font qu’un et qu’Il n’est qu’amour à notre égard. Seul un homme qui vit avec cette foi-là et remercie sur le bien comme sur le mal, vit littéralement dans un paradis terrestre et ne ressent aucune limitation de ses libertés. Pessah peut aussi se décomposer en « pé » et « sah » autrement-dit « la bouche qui parle ». Dans la Torah numéro 7 de Rabbi Nahman, il est écrit que la prière et la foi ne font qu’un ; la prière est l’expression de la foi, et Pessah est le moment d’opérer notre délivrance, sortir de nos limites en ouvrant la bouche pour demander à HaShem de parfaire nos manques. Notre situation actuelle qui paraît être une limitation de nos libertés peut être vue sous un autre angle. Si ce Pessah, malgré les limites qui nous sont imposées, nous permet de nous tourner plus en prière, en foi et en espérance vers HaShem, alors nous nous approcherons un peu plus de notre liberté. Nous sommes sortis d’Egypte pour recevoir la Torah. Or le premier commandement est « Je suis l’Eternel ton D. qui t’ai fait sortir d’Egypte. » Dans ce commandement, il y a à la fois le nom d’HaShem qui fait référence à la miséricorde et celui qui fait référence à la rigueur. Si tu comprends que ces deux attributs ne font qu’un et qu’HaShem veut et peut te sortir de toutes tes étroitesses, tu deviens un homme libre.

Vous êtes vraiment top Toda raba (Merci) pour les cours que vous offrez ça donne envie de reprendre gout à la vie..

Samuel BENSOUSSAN

Paris 

Related Posts

Comment le voleur vole t-il ce qui lui appartient partie 2

Phrase de la semaine

Le compte du Omer #18 – l’Éternité dans la Splendeur

En fonction de l’effort, la récompense

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>