Lorsque le parent s’occupe uniquement de sa propre «éducation», cela entraine deux choses. D’une part lorsqu’ilcorrige ses défauts et son caractére, il a ensuite quelque chose à donner à son enfant. Par exemple, s’il travaille sur sa patience, automatiquement, cela engendrera le fait que ses enfants intégrent et imprégnent les valeurs et les habitudes à prendre pour être patient. D’autre part, son pére ou sa mére sera comme un modèle à imiter, et il apprendra donc lui aussi à réparer ce qu’il faut. Le parent ne s’occupe donc plus des défauts de son enfant, mais uniquement des siens. A ce sujet nos Sages nous ont dit : «Arrange-toi en premier ». Celui qui veut faire un reproche à son prochain doit d’abord vérifier qu’il n’est pas atteint du même défaut.
Dans la Guemara (Baba Batra 60), il est rapporté à propos de Rabbi Yanay qu’il possédait dans sa cour un arbre dont les branches et le feuillage dépassaient de son domaine et empiétaient dans le domaine public. Un beau jour, un homme, dont l’arbre débordait également de son domaine eut la visite de plusieurs hommes qui lui demandèrent de couper les branches dérangeant les passants. L’homme se rendit immédiatement chez Rabbi Yanay afin qu’il lui indique la marche a suivre : doit-il couper les branches ou non ? Rabbi Yanay lui répondit qu’il ne pouvait pas lui répondre tout de suite et qu’il devait revenir le lendemain. Le même soir, Rabbi Yanay envoya des ouvriers afin qu’ils coupent les branches trop longues de son arbre. Le jour suivant, l’homme revint comme prévu, et le Rav lui donna la réponse suivante : si les branches de l’arbre qui est dans ta cour dérangent les passants dans le domaine public, tu es obligé de les couper. L’homme répondit à Rabbi Yanay: «Mais toi aussi tu as un arbre de la sorte qui descend jusque dans le domaine public». Et Rabbi Yanay de lui répondre : «Vas voir mon arbre. Si j’ai coupé les branches alors, coupe-les toi aussi. Sinon ne touche pas à ton arbre.»
La Guemara pose la question suivante : pour quelle raison Rabbi Yanay a attendu jusqu’à ce moment là pour couper les branches de son arbre ? En réalité, Rabbi Yanay pensait que cela était utile aux passants afin qu’ils se reposent à l’ombre de ce feuillage, mais dés qu’il a compris que cela les dérangeait, il les a tout de suite coupées.La Guemara continue et demande : pourquoi Rabbi Yanay a t-il attendu avant de donner une réponse à cet homme et ne lui a répondu qu’aprés avoir fait couper les branches de son arbre ? N’aurait-il pas pu lui dire de couper les branches et seulement aprés il aurait coupé les siennes? Justement non, nous apprend la Guemara ! Rabbi Yanay a voulu se comporter selon les paroles de Rabbi Chimon Ben Lakich (aussi appelé Reich Lakich) à propos du verset dans Tséfania(2): « Recueillez-vous, tachez de vous ressaisir ». Regarde-toi et arrange-toi en premier, et seulement ensuite regarde ce qui va pas chez les autres. Cela nous signifie donc clairement qu’il faut toujours réparer d’abord nos actions et ensuite on pourra regarder et signaler leurs défauts aux autres. La Torah nous apprend le Derekh Erets -le savoir-vivre – et nous enseigne une conduite de vérité.
L’homme ne doit pas apprendre à son ami quoi arranger dans son comportement, et à plus forte raison ne doit pas lui « dresser un procés », avant que lui-même arrange ces mêmes défauts.

Vous êtes vraiment top Toda raba (Merci) pour les cours que vous offrez ça donne envie de reprendre gout à la vie..

Samuel BENSOUSSAN

Paris 

Related Posts

Le compte du Omer #22- La Bonté dans l’Eternité

Dire TODA et accéder a sa délivrance

La famille Débitrice

Combien d’efforts doit on faire pour trouver son Zivoug ?

Maeva


Your Signature

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>