La Paracha de la semaine : Chelah Leha by Rabbi Nahman de Breslev 
La Paracha de la semaine : Chelah Leha by Rabbi Nahman de Breslev 

Comment prier pour être exaucé

Ce Chabat en dehors d’Israël, nous lirons la Paracha Chlakh Lekha.

Nous arrivons maintenant à la Paracha où les enfants d’Israël sont dans le désert et s’apprêtent à rentrer en Terre d’Israël. 

Cela dit, ils demandent tout de même à Moché d’envoyer des explorateurs pour savoir si cette terre est bonne et s’il leur sera possible de la conquérir. 

Moché Rabenou sur ordre d’Hachem accepte leur requête et envoie un homme de chaque tribu pour explorer le pays.

La consommation d’alcool d’après Rabbi Nahman 

« C’était alors la saison des premiers raisins »…(Bamidbar 13.20)

Comme nous le savons, ces hommes vont, pour la plupart, dépeindre un tableau effrayant de la terre d’Israël jusqu’à décourager les juifs d’y entrer.

Rabbi Nathan nous enseigne que ce verset est là justement pour nous dire à quel point il faut se montrer vigilant avec la consommation de vin, surtout durant la semaine.

Car la majorité des gens n’arrivent pas au « vin qui rejouit » et au contraire « le bouillonnement des sangs s’accentue  » et l’homme est alors la proie de son Yetserara.

L’alcool réveille tristesse et mauvais désirs, en particulier ceux liés à la luxure.

Pèleriner les Tsadikim 

« Ils parvinrent à Hevron » Bamidbar 13

La Torah nous précise ici, que les explorateurs sont passés par Hevron, la ville où sont enterrés les Avot et Imaot:

Avraham, Itshak, Yaakov, Sarah, Rivka et Léa.

Rabbi Nathan nous l’explique que lorsque l’homme souhaite se rendre en Erets Israël, lieu de Sainteté extrême; alors les empêchements et les obstacles se déchaînent à cause de ses fautes.

Ainsi, il sera impossible de les vaincre ni de les repousser, si ce n’est grâce à la puissance de la Torah et des Tsadikims. 

C’est pourquoi, il sera indispensable de commencer par aller prier et pèleriner les Kivre Tsadikims pour réussir. 

La confiance et la ichtadlout

« … un pays qui dévore ses habitants «  Bamidbar 13.32.

Ici un terrible souvenir pour le Am Israël, celui de l’ingratitude dont ils ont fait preuve.

Pourquoi certains des explorateurs ont dépeint un pays magnifique qu’ils avaient hâte de conquérir alors que d’autres ont décrit au peuple un pays dangereux « qui dévore ses habitants « .

Ils n’avaient pas confiance que D.ieu pourrait les aider à conquérir  cette terre si belle et si riche car ils ont oublié toutes les bontés que D.ieu leur avait déjà faites, tous ces miracles qu’ils ont été les seuls à voir.

Peur ou ingratitude ?

À ce moment de l’histoire, les Béné Israël se sont déjà plaints de ne pas avoir d’eau douce, de ne pas avoir de viande et de pastèque comme en Égypte… 

Bien entendu, ils pouvaient  et devaient demander ce dont ils avaient besoin, mais avec grâce et gratitude et non en exigeant par des plaintes méprisables. 

Voici un passage de la Torah qu’on ne peut que retranscrire tel quel. 

 Des versions differentes

<< Ils lui racontèrent, en disant: « Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés; oui, assurément, il ruisselle de lait et de miel, et voici ses fruits.

Kalev fit taire le peuple soulevé contre Moché, et dit: « Montons, et prenons-en possession, car certes nous en serons vainqueurs! »

 Mais les hommes qui étaient partis avec lui, dirent: « Nous ne pouvons marcher contre ce peuple, car il est plus fort que nous.

 Ils décrivirent la terre qu’ils avaient explorée, disant aux enfants d’Israël :  » Le pays que nous avons parcouru pour l’explorer est un pays qui dévore ses habitants; quant au peuple que nous y avons vu, ce sont tous des gens de haute taille… nous étions, à nos propres yeux, comme des sauterelles, et ainsi étions-nous à leurs yeux. »

Alors toute la communauté se souleva et poussa des cris, et le peuple passa cette nuit à gémir. Tous les enfants d’Israël murmurèrent contre Moché et Aharon, et toute la communauté leur dit: « Que ne sommes-nous morts dans le pays d’Egypte, ou que ne mourons dans ce désert!  Et pourquoi l’Éternel nous mène-t-il dans ce pays-là, pour y périr par le glaive, nos femmes et nos enfants s’y faire ravir? Certes, il vaut mieux pour nous retourner en Egypte. » 

Et ils se dirent l’un à l’autre : « Donnons-nous un chef, et retournons en Égypte! » 

 Moché et Aharon tombèrent sur leur face devant toute l’assemblée réunie des enfants d’Israël.

Et Yéochoua, fils de Noun, et Kalev, fils de Yéfounné, qui avaient, eux aussi, exploré la contrée, déchirèrent leurs vêtements. 

Ils parlèrent à toute la communauté des Israélites en ces termes : 

« Le pays que nous avons parcouru pour l’explorer, ce pays est bon, il est excellent. Si l’Éternel nous veut du bien, Il nous fera entrer dans ce pays et nous le livrera, ce pays qui ruisselle de lait et de miel. 

Mais ne vous mutinez point contre l’Éternel; et vous ne craindrez plus le peuple de ce pays, car ils seront notre pâture : leur ombre les a abandonnés, et l’Éternel est avec nous, ne les craignez point ! »

 Or, toute la communauté se concertait pour les lapider, lorsque la gloire divine apparut, dans la tente d’assignation, à tous les enfants d’Israël. 

Et l’Éternel dit à Moché:

« Quand donc ce peuple cessera-t-il de m’outrager ?

Combien de temps manquera-t-il de foi à Mon égard, malgré tous ces prodiges que J’ai opérés au milieu de lui ?  Je veux le frapper de la peste et l’anéantir, et faire de toi un peuple plus grand et plus puissant que celui-ci. » 

Plaidoirie de Moïse

Moché répondit à l’Éternel: « Or, les égyptiens ont su que, par Ta puissance, tu as fait sortir ce peuple du milieu d’eux, et ils l’ont dit aux habitants de ce pays-là ; ils ont appris, Seigneur, que Tu es au milieu de ce peuple, que celui qu’ils ont vu face à face, c’est Toi-même, Seigneur; que Ta nuée plane au-dessus d’eux ; que, dans une colonne nébuleuse, Tu les guides le jour, et, dans une colonne de feu, la nuit. 

 Et Tu ferais mourir ce peuple comme un seul homme !

Mais ces nations, qui ont entendu parler de Toi, diront alors: « Parce que l’Éternel n’a pu faire entrer ce peuple dans le pays qu’il leur avait solennellement promis, il les a égorgés dans le désert. » 

Maintenant donc, de grâce, que la puissance du Seigneur se déploie, comme Tu l’as déclaré en disant: « L’Éternel est plein de longanimité et de bienveillance; il supporte le crime et la rébellion, sans toutefois les absoudre, faisant justice du crime des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération.« 

Pardonne, de grâce, la faute de ce peuple, selon Ta clémence infinie, et comme Tu as pardonné à ce peuple depuis l’Égypte jusqu’ici ! » 

Réponse de D.ieu

 L’Éternel répondit: « Je pardonne, selon ta demande.

Mais aussi vrai que Je suis vivant et que la majesté de l’Éternel remplit la terre, tous ces hommes qui ont vu Ma gloire et Mes prodiges, en Égypte, dans le désert, et qui m’ont tenté dix fois déjà, et n’ont pas obéi à ma voix, jamais ils ne verront ce pays que J’ai promis par serment à leurs aïeux tous ceux qui m’ont outragé, ils ne le verront point !

 Pour mon serviteur Kalev, du fait qu’il a été animé d’un autre esprit et m’est resté pleinement fidèle, je le ferai entrer dans le pays où il a pénétré, et sa postérité le possédera… changez de direction et partez pour le désert…

 L’Éternel parla à Moché et à Aharon, en disant: « Jusqu’à quand tolérerai-Je cette communauté perverse qui murmure contre moi ? Car les murmures que les enfants d’Israël profèrent contre Moi, Je les ai entendus.

Dis-leur : Vrai comme Je vis, a dit l’Éternel ! Si, telles les paroles que vous avez proférées à mes oreilles, ainsi agirai-Je à votre égard

Vos cadavres resteront dans ce désert, vous tous qui avez été dénombrés, tous tant que vous êtes, âgés de vingt ans et au-delà, qui avez murmuré contre moi ! Jamais vous n’entrerez, vous, dans ce pays où J’avais solennellement promis de vous établir ! 

Exception faite pour Kalev, fils de Yéfounné, et pour Yéochoua, fils de Noun. 

 Et vos enfants aussi, dont vous disiez : « Ils nous seront ravis », Je les amènerai, et ils connaîtront le pays que vous avez dédaigné…

Combien de leçons apprenons-nous de ce passage !! Un livre ne suffirait pas.

Un amour sans limites

Déjà nous remarquons ici l’incroyable humilité et amour pour le Am Israël qu’avait Moché Rabénou. 

Malgré les difficultés à guider ce peuple qui se plaint constamment, après avoir tant reçu de D.ieu et parfois même conspiré contre lui, Moché  implore la clémence divine pour les sauver.

C’est bien pour cette qualité que D.ieu l’a choisi, car il n’a jamais cherché son propre intérêt mais, toujours celui du peuple juif. 

D.ieu attend de nous que nous soyons aimants et compatissants les uns envers les autres.

Prier de la bonne façon 

Nous remarquons également ici, qu’Hachem aime qu’on argumente dans nos prières avec respect et révérence. 

Il faut toujours demander, en implorant la clémence divine , comme on demande un don gratuit mais jamais en exigeant. 

Toujours louer et remercier Hachem au début et à la fin, tout en cherchant à Le convaincre.

Prouve ta confiance

Hachem ou les rabanim nous demandent parfois des choses qui nous paraissent impossibles à accomplir.

Pourtant nous devons être forts et entêtés pour accomplir la volonté de D.ieu.

Car toute l’épreuve de la confiance est là. 

De s’acharner à aller au bout de la volonté d’Hachem avec une confiance absolue que D.ieu m’aime, qu’Il veut mon bien et qu’Il ne me dirigera jamais vers quelque chose de mauvais pour moi.

Ne pas s’attacher à ce que mes yeux voient si c’est à l’encontre de la parole divine.

Car D.ieu et les Hahamim voient bien plus loin que nous !

Comment y arriver ?

Remercie chaque jour pour chaque détail de ta vie. 

Ainsi tu réaliseras combien D.ieu est bon et qu’Il ne te veut pas de mal. 

Le remerciement est la clé indispensable pour une vie de bonheur et de réussite.

Une logique implacable 

D.ieu leur a dit : « telles les paroles que vous avez proférées à mes oreilles, ainsi agirai-Je à votre égard »

Ce qui signifie :

=> Tu as pleuré pour rien, alors Je ferai en sorte que tu pleures pour une bonne raison.

Mais ceci est aussi valable pour le bien :

Tu ne vois que le bien ? Tu ne fais que remercier ? Alors, Je ferai en sorte que tu remercies pour de bonnes raisons et que tu ne verras que du bien !

Chacun fut récompensé selon son comportement…

Procurez-vous dès aujourd’hui le livre magnifique du Rav Chalom Arouch « Le Jardin des louanges » qui détaille ce passage de la Torah où l’on trouve la recette du bonheur absolu. 

CLIQUEZ ICI

L’équipe joie2vivre.org 

Rejoignez-nous sur WhatsApp pour recevoir toute l’actualité

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même catégorie

Derniers Articles & VidÉOS

Left Menu Icon