La Paracha de la semaine : Balak-la plus grande force d’Israël by Rabbi Nahman

Cette semaine, nous lirons la Paracha Balak

Paracha Balak

Cette Paracha est très forte, car elle nous montre, d’une part, l’amour gigantesque de D.ieu pour le peuple d’Israël et d’autre part, elle nous dévoile clairement ce qui va nous protéger ou nous accuser.

Le peuple juif, un peuple qui fait peur aux nations

<< “Balak, fils de Tsippor, avait vu tout ce qu’Israël avait fait aux Amoréens. (en effet, Israël, avec l’aide de D.ieu, avait décimé ses ennemis à plate couture)

 Moav eut très peur de ce peuple, parce qu’il était nombreux, et il se révulsait face à la présence des enfants d’Israël. 

Moav déclara aux anciens de Midian :

“Bientôt cette multitude aura fourragé tous nos alentours, comme le bœuf fourrage l’herbe des champs !” Or, Balak, fils de Tsippor, régnait sur Moav, à cette époque.>> Bamidbar 24

Même le Racha l’avait compris !

Convaincu que de façon naturelle, il ne pourrait vaincre Israël ; Balak décida de convoquer le prophète connu des goyim : Bilam, pour qu’il maudisse le peuple juif, afin que D.ieu le laisse vaincre ce peuple.

À sa grande déception, malgré toutes les richesses que Balak était prêt à lui offrir, il était incapable de maudire le peuple d’Israël ; uniquement les bénédictions sortaient de sa bouche.

D.ieu dit à Bilam: “Ne pars pas avec eux, ne maudis point ce peuple, car il est béni !” (Bamidbar 22.12)

Bilam conseilla alors à Balak d’amener des sacrifices au Seigneur pour trouver grâce à Ses “yeux”.

Puis, il convoqua son oracle devant Balak lui disant :

“Viens maudire pour moi Ya’akov ! Oui, viens menacer Israël ! “Comment maudirais-je celui que D.ieu n’a point maudit ? Comment menacerais-je, quand l’Éternel est sans colère ?

Oui, je le vois de la cime des rochers, et du haut des collines, je le découvre : ce peuple qui vit solitaire ne se confondra point avec les nations…Puissé-je mourir comme meurent ces justes, et puisse ma fin être comme la leur !”.

Balak dit à Bilâm: “Que m’as-tu fait !? C’est pour maudire mes ennemis que j’ai eu recours à toi, et voilà que tu les bénis !”

Bilam répliqua par son oracle : “D.ieu n’est pas un mortel pour mentir, ni un fils d’Adam pour qu’Il se ravise ; est-ce Lui qui parle et ne tient point parole, qui déclare et n’accomplit point ? Voici, j’ai reçu mission de bénir ; Il a béni, je ne puis Le dédire. Il ne perçoit point d’iniquité en Ya’akov, Il ne voit point de mal en Israël : l’Éternel, son Dieu, est avec lui, et l’amitié d’un Roi le protège… ” 

Bible. Bamidbar

Bilâm porta son regard sur les bene Israël et vit qu’ils campaient chacun selon leur tribu et l’esprit divin s’empara de lui et dit :Qu’elles sont belles tes tentes Ya’akov ! Tes demeures, ô, Israël !”

Balak:” Ne les maudis point, soit, mais ne les bénis point non plus !”

Ici, de nombreux enseignements : on voit bien que même la pire des crapules, ne peut rien faire si D.ieu en a décidé autrement. 

La force des méchants 

D’où provenait la force du prophète Bilam qui n’était pas juif, pour pouvoir parler avec D.ieu, voir les anges, bénir ou maudire ?

Rachi et Rabbi Nathan nous révèlent qu’il avait des relations charnelles avec son ânesse. Sa force et sa prophétie provenaient de son impureté. En effet, c’était un homme secrètement très immoral.  Et, de même que la sainteté d’un homme lui donne du pouvoir, de même celui qui touche de très près les forces du mal en a.

C’est d’ailleurs pour cela, que l’on ne s’attachera pas à un “Rav” sous prétexte qu’il fait des miracles, mais on regardera si c’est un talmid Hakham qui a de vraies connaissances en Torah et surtout, s’il applique cette Torah qu’il étudie, par des actes de droiture de sainteté et de bonté. 

“Ce peuple qui vit solitaire”

Sur ce verset, Rabbi Nathan nous explique que ce qui désigne le peuple juif de peuple saint, c’est justement le fait qu’il ne se confonde pas avec les nations et les vanités de ce monde, mais au contraire se retire pour parler avec D.ieu en méditant chaque jour sur le but et la finalité de ce monde. Il en vient donc à multiplier les paroles de languissement envers D.ieu et se rapproche du but ultime.

Ainsi, il se préserve du malheur, car il se réfugie constamment à l’ombre de Ses ailes.

“Il ne perçoit point d’iniquité en Yaakov…”

Par ce verset de la torah, on voit que l’attitude de l’Éternel, béni-soit-Il, consiste à observer le bien que l’on réalise, même s’il s’y trouve des éléments moins bons, Il n’y prête pas attention.

À plus forte raison, l’homme ne doit pas fixer son attention sur le mal d’autrui, tentant de déceler en lui ce qui n’est pas bon. Au contraire, il devra chercher le bien qui est dissimulé chez son prochain.

“Qu’elles sont belles tes tentes Ya’akov”

Sur ce verset, Rabbi Nathan nous dit : “la Torah est comme un chemin conquis, par lequel l’homme, même le moindre parmi les moindres, peut se rapprocher de l’Éternel, de l’endroit où il se trouve“.

Le juif étant attaché à la sainte Torah du Créateur, par son étude, la malédiction ne peut atteindre Israël.

Rachi, quant à lui, commente ce verset en disant que Bilam regarda vers Israël pour trouver en quoi les incriminer devant D.ieu, mais il vit que les entrées de leurs tentes ne se faisaient pas face. De cette façon, personne ne pouvait voir ce qu’il se passait dans la maison de l’autre. Il fut impressionné par leur discrétion et leur pudeur et ne put que les bénir.

Le conseil de Bilam pour maudire le peuple juif.

Bien qu’il fût un grand magicien et prophète, Bilam ne put maudire le peuple d’Israël, Balak, furieux, finit donc par le renvoyer.

Mais, avant de partir, il lui donnera quand même un conseil pour réussir à faire tomber ce peuple si aimé de D.ieu: Il y a une chose que tu peux faire, leur D.ieu déteste la débauche, si tu les fais chuter à ce niveau, ils seront enfin vulnérables. (Rachi, dans la Guemara Sanedrine)

Une suite déplorable 

En effet, Balak va écouter le conseil de Bilam de manière très pernicieuse !

À l’entrée de leurs boutiques, seront postées de vieilles femmes qui inviteront les Bene Israël à entrer pour trouver des produits plus avantageux. 

Mais, à l’intérieur se trouvent des jeunes femmes, belles et attirantes qui les feront tomber. “Le peuple se livra à la débauche avec les filles de Moav. Elles convièrent le peuple à leurs festins idolâtres ; et le peuple mangea, et il se prosterna devant leurs dieux…

(Bamidbar 25.1)

<<D.ieu dit à Moché :“prends tous les chefs du peuple et fais les pendre (les pêcheurs) au nom du Seigneur pour que la colère divine se détourne d’Israël…

Or voici que l’un des enfants d’Israël s’avança, amenant parmi ses frères, la Midianite, à la vue de Moché, à la vue de tous les enfants d’Israël, et ils pleuraient à l’entrée de la tente d’assignation. >>

Bamidbar 25.4

Secret pour repousser les mauvaises pensée

“Ils pleuraient à l’entrée de la tente d’assignation” 

Rabbi Nathan conseille ici, pour un homme qui aurait de mauvaises pensées soudaines involontairement, de réciter le Chema Israël et Barouh Chem Kevod Malhouto leolam vaèd.

Mais, pour celui qui a souvent des pensées liées à la débauche, D.ieu préserve et qu’il ne parvient pas à s’en débarrasser, il devra laisser couler des larmes lorsqu’il se soumet à la royauté divine.

Enseignement du Likoutey alahot écrit par Rabbi Nathan, fidèle élève de Rabbi Nahman de Breslev.

Pour les horaires de Chabbat

L’équipe joie2vivre.org

Pour recevoir chaque semaine les enseignements de Rabbi Nahman sur la Paracha de la semaine, rejoignez-nous sur WhatsApp

Dans la même catégorie

Derniers Articles & VidÉOS

>
Left Menu Icon